Musée du Temps  –  Besançon, France

Guerre aux démolisseurs !

Esquisse scénographique et graphique en réponse à l’appel à projet lancé pour la nouvelle exposition du Musée du Temps Guerre aux démolisseurs – Victor Hugo et la défense du patrimoine à Besançon.

En 1932 Victor Hugo écrit « Guerre aux démolisseurs ! » en réaction aux destructions massives des édifices historiques de son temps. L’exposition souhaite rendre hommage à ce pamphlet dans lequel l’écrivain exige le vote d’une loi pour la protection de notre patrimoine architectural. Sauver les monuments, c’est prendre la défense de l’histoire, du temps et des peuples, contre l’oubli.

 

À travers des jeux de transparences, de miroirs, d’apparitions et d’effacements, nous souhaitons mettre en perspective et rendre tangible l’éphémère, l’instabilité de l’édifice, la fragilité de toute création humaine.

 

L’exposition prend place dans un lieu classé Monument Historique en 1842. Les visiteurs sont ainsi saisis dans le vif d’une conversation entre le passé, le présent et le futur des espaces qu’ils occupent. Par cette approche immersive et sensible, ils sont invités à découvrir les œuvres comme s’ils les retrouvaient dans une maison en ruine, un grenier, un espace mental, enfouies puis retrouvées.

La scénographie dessine une structure fluide et fantomatique : voilages et miroirs protègent et dévoilent l’architecture du lieu pour ainsi la révéler et la mettre en résonance avec les problématiques soulevées dans l’exposition. Les surfaces réfléchissantes créent des percées dans l’espace comme autant de reflets du présent sur les murs du passé, que de reflets passés sur les regards d’aujourd’hui. Dans les salles d’armes du musée, voilages et jeux de miroirs sont à la fois évocateurs de la résurgence de l’Antique et du fantomatique goût du gothique. Dans les combles, la traversée des voiles cherche à mettre en exergue la question de la conservation du patrimoine à travers les strates du temps.

Notre proposition graphique s’inspire des typographies des premières presses d’imprimeries, dont l’invention a conduit à la révolution de la littérature, de ses modes de diffusion et de production. L’imprimerie étant questionnée activement dans l’œuvre de Victor Hugo, nous souhaitons faire référence à ces premiers caractères typographiques conçus pour la diffusion sérielle et montrer une certaine matérialité de l’écriture, la pensée comme une architecture sensible. Le lettrage est fragile, le poinçon laisse sur son support quelques aspérités. L’encrage non uniforme et altéré donne aux impressions leur caractère particulier.

 

Collaboration
Andrea Baglione
Co-création scénographique
Lézard Graphique
Accompagnement technique et gestion du projet

Maîtrise d’Ouvrage
Ville de Besançon

Lieu
Musée du Temps, Besançon

Livraison
Appel à projet – Avril 2018
Projet classé 3e

ShareTw.Fb.Pin.
...

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!